Le dioxyde de carbone (CO2)

Bouteille de CO2. Le CO2 est un matériau brut essentiel pour la photosynthèseLe CO2 est un gaz invisible, sans odeur et ininflammable qui est un composant naturel de l’atmosphère. Le dioxyde de carbone ou CO2 est un sous-produit de la respiration par les plantes ou les animaux. Le CO2 est un matériau brut essentiel pour la photosynthèse : les plantes l’assimilent, l’incorporent et l’altèrent biochimiquement au travers de l’énergie dérivée du soleil pour le transformer en composants de sucres nécessaires pour l’énergie et la croissance.

Photo: Un système à émetteur complet. Les systèmes à émetteur sont faciles à installer et peu chers d’utilisation.

Quand une personne au repos exhale, environ 4 pour cent de l’air expiré est du CO2. C’est plus de 100 fois plus concentré que dans l’atmosphère, qui contient en moyenne environ 0,03 à 0,035 pour cent de CO2 (ou environ 300 parties par million). Un sous-produit de la photosynthèse est l’oxygène (O2). Pendant la photosynthèse, les plantes produisent plus d’oxygène qu’elles n’en utilisent pour leur respiration. En fait, l’oxygène de l’atmosphère terrestre était et est produite par les plantes pendant la photosynthèse. Les plantes expirent aussi du CO2 constamment (au travers de leur respiration), mais c’est seulement pendant la nuit que l’expiration de CO2 excède l’assimilation. Le résultat de la photosynthèse et de la respiration par les plantes est que beaucoup plus d’oxygène est produit que consommé. Le CO2 est inoffensif jusqu’à des concentrations assez élevées pour vous asphyxier, une situation peu probable même si vous avez de grandes quantités de CO2 dans votre pièce de croissance.

Pendant les heures d’obscurité, les plantes enrichissent en CO2 une pièce fermée. En visitant simplement vos plantes, vous augmentez leur approvisionnement en CO2, puisque chaque bouffée d’air que vous exhalez relâche une concentration de 4 pour cent de CO2. Pendant les heures de jour, la photosynthèse enrichit une pièce de croissance en oxygène. Cette abondance d’oxygène pourrait expliquer un tout petit peu la gaieté que les cultivateurs ressentent quand ils travaillent avec leurs plantes. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi la pratique du yoga est si bien ressentie dans une pièce remplie de plantes à forte croissance. Visitez vos plantes régulièrement, c’est bénéfique mutuellement.

Ajouter du CO2 dans une pièce de croissance n’est pas nécessaire pour élever une récolte puissante et grandissant vite. Cependant, tout jardin robuste grandira plus vite s’il est alimenté en CO2. Dans tout espace fermé ou limité, les plantes utilisent le CO2 disponible, et la croissance est alors ralentie. Dès que la concentration de CO2 tombe en dessous de 200 ppm, la croissance peut stopper entièrement. C’est une des raisons pourquoi tous les jardins doivent être ouverts ou ventilés.

Les cultivateurs qui font un investissement substantiel dans l’installation d’une grande serre ou dans l’installation de plusieurs lampes HID devraient utiliser des systèmes ajoutant du CO2. Les jardiniers qui cultivent avec un système continu, ou les plantes tournent d’un système à l’autre, bénéficient considérablement d’un ajout de CO2, puisqu’il y a une croissance plus rapide. Certains cultivateurs commerciaux ajoutent du CO2 pendant la floraison pour accroître la croissance pendant les dix dernières semaines. Quand aucun autre facteur n’est limité, du CO2 additionnel augmente la croissance de 20 à 100 pour cent par rapport au taux habituel.

L’addition de CO2 n’affecte pas la puissance, elle affecte seulement le taux de croissance. Les plantes poussent plus vite seulement si tous les autres facteurs limitants, comme la quantité de lumière ou de nutritifs, sont présents en abondance.

Les plantes peuvent utiliser beaucoup plus de CO2 que celui présent naturellement dans l’atmosphère. Un enrichissement de 5 à 6 fois plus de CO2 (1 500 à 2 000 ppm) est la concentration la plus élevée nécessaire pour maximiser la croissance quand il n’y a pas d’autres facteurs limitant.

Pour que l’enrichissement en CO2 soit le plus efficace, assurez-vous que les autres facteurs ne limitent pas la croissance. En général, la température doit être environ de 6°C plus élevée que celle recommandée (dans les 26 à 32°C avec un enrichissement au CO2, excepté pendant la floraison). Gardez les HID le plus près possible du sommet des plantes pour une saturation de lumière, environ 15 à 30 cm pour une HID de 1000 W montée sur un balanceur de lumière. La terre doit être riche et régulièrement engraissée. Si une déficience en nutritif apparaît, les cultivateurs hydroponiques doivent augmenter les concentrations de N, P et K de 20 pour cent, et aussi la nourriture foliaire. N’augmentez pas les éléments mineurs ou les concentrations de micronutritifs.

 

Augmenter les concentrations en CO2

Il y a deux bonnes manières pour augmenter les concentrations en CO2. La première est l’utilisation d’un générateur de CO2, ce qui est réalisable seulement dans des grandes serres ou des pièces de croissance spacieuses avec plusieurs HID. La seconde (le système à émetteur) utilise une bouteille de CO2 compressé avec un matériel associé pour relâcher périodiquement du CO2. Le système à émetteur marche bien à la fois pour les grandes pièces et les petites pièces.

Les générateurs de CO2. Les générateurs de CO2 produisent du CO2 en brûlant un gaz comme le propane ou le butane. Notez que ce sont les mêmes gaz recommandés pour les chauffages pour les pièces de croissance. Le CO2 est un gaz d’échappement des chauffages qui brûlent ces gaz. A chaque fois que vous utilisez ces chauffages au gaz, fermez les ouvertures, et vous augmenterez efficacement la concentration en CO2.

Les générateurs de CO2 marchent mieux quand la pièce de croissance a besoin aussi d’être chauffée. Les générateurs de CO2 produisent beaucoup de chaleur, et pour être efficace, le jardin a besoin d’être fermé pour retenir le CO2, ce qui retient aussi la chaleur. Surtout pendant l’été, la chaleur supplémentaire a tendance à être excessive, et les ouvertures de ventilation doivent être ouvertes pour refroidir la pièce de croissance. Aérer la pièce de croissance enlève le CO2 généré, ce qui bien sûr n’est pas le but. Quel que soit le système de CO2 que vous choisissez, placez la sortie ou le tuyau juste au-dessus des plantes; le CO2 est plus lourd que l’air et descend graduellement sur les plantes.

Les fournisseurs de serres vendent des générateurs de CO2 avec des instructions pour calculer la quantité de gaz pour générer la quantité appropriée de CO2 pour la taille de la pièce. Pour les heures de jour (quand vous voulez générer du CO2), c’est meilleur pour la croissance si la quantité de CO2 est de 0,15 à 0,2 pour cent. Puisque le CO2 dans l’atmosphère est d’environ 0,03 pour cent, vous voudrez fournir entre 0,12 et 0,17 pour cent de CO2 pour élever les niveaux de CO2 du jardin à 0,15 ou 0,2 pour cent. Les appareils pour détecter les niveaux de CO2 sont souvent inabordables, donc la meilleure procédure est une estimation faite à partir des instructions données avec le générateur ou l’émetteur.

Les bouteilles de CO2 (systèmes à émetteur). Pour la plupart des jardiniers qui veulent ajouter du CO2, les bouteilles de CO2 sont le plus pratique. Elles ne brûlent pas de gaz donc vous n’avez pas à vous inquiéter au sujet de la température excessive dans votre pièce de croissance. Le CO2 compressé est relativement peu cher et sûr à utiliser, et avec tout bon système, c’est facile de contrôler la quantité de CO2 relâchée.

Si votre pièce a besoin de ventilation pour abaisser l’humidité ou la garder fraîche, utilisez un timer pour les ventilateurs d’extraction. Réglez le timer de l’émetteur de CO2 pour qu’il s’allume 30 minutes après que les lampes soient allumées, et relâchez du gaz pendant environ 2 heures (en fait, vous calculez le temps en fonction des dimensions de votre pièce et des instructions incluses avec votre système). Cela porte la concentration de CO2 au niveau désiré. Après que l’unité de CO2 soit arrêtée depuis 30 minutes à 1 heure, les ventilateurs sont allumés assez longtemps pour refroidir la pièce. Pour une utilisation efficace, réglez le relâchement de CO2 pour qu’il fonctionne à nouveau après que la pièce ait été refroidie, et que les ventilateurs soient éteints. Le cycle est : relâcher le gaz, attendre 30 minutes à 1 heure, allumer les ventilateurs d’extraction, après que les ventilateurs soient éteints et les ouvertures fermées, relâcher du gaz à nouveau. Répétez ce cycle au travers de la période de lumière. De cette manière, vous maximisez l’utilisation de CO2 et profitez des ventilateurs d’extraction.

Les systèmes les plus efficaces alternent la dispersion avec une attente et une ventilation, pendant les heures de lumière. Cela nécessite des timers programmables pour contrôler le relâchement de CO2 et pour allumer et éteindre les ventilateurs. Les jardins qui n’alternent pas la dispersion avec la ventilation courent le risque d’une sérieuse moisissure ou de problèmes d’insectes surtout pendant la floraison.

Les jardins qui ne deviennent pas trop chauds peuvent assez bien marcher quand ils sont fermés si vous utilisez un ventilateur pour garder l’air en mouvement. Pendant la nuit, allumez le ventilateur d’extraction pour aider à éviter la moisissure et les problèmes d’insectes.

Les systèmes domestiques inventés. Dans une pièce fermée sans une ventilation active, du CO2 supplémentaire est utilisé en environ 1 à 4 heures. Quand vous utilisez juste un réservoir ou un générateur de CO2 sans une distribution associée (tuyaux et contrôles), dispensez le CO2 1 heure après que les lampes soient allumées. Vérifiez le flux d’air en envoyant de la fumée au-dessus des plantes. Positionnez maintenant le générateur ou l’émetteur dans une place ou la plupart du CO2 se dirige parmi les plantes.

Les cultivateurs en serres peuvent ouvrir les ouvertures dans le toit de la serre pour que la chaleur s’en aille. Beaucoup de CO2 reste dans la pièce parce qu’il reste vers le sol, alors que la chaleur monte. Positionnez les tubes de distribution directement parmi les sommets des plantes.

Sans unité de relâchement automatique, vous pouvez relâcher du CO2 et fermer la ventilation pour quelques heures, puis allumer la ventilation pendant deux heures après que le relâchement soit arrêté. C’est aussi possible d’utiliser des déshumidificateurs et des ventilateurs dans un jardin fermé utilisant du CO2.

Ce contenu a été publié dans Soigner ses plantes de cannabis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.