Le subterfuge

Les commencements tardifs peuvent être votre meilleure option pour le subterfuge, puisque même les plantes mâtures sont petites et faciles à cacher. La photo montre un groupe de plantes en pots commencées tardivement qui sont entre une maison et une ligne de buissons délimitant la propriété. Quand elles sont commencées en juillet, ces plantes ne grandiront jamais à plus de 1 m 20 de hauteur, et elles demeureront cachées par les buissons toute la saison.

La weed dans mon jardinPhoto : Les plantes en pots commencées tardivement sont cachées facilement parmi les buissons. Les plantes en pots peuvent être déplacées vers l’obscurité pour les forcer à fleurir tôt dans la saison.

Les cultivateurs d’extérieur ont la meilleure situation pour exploiter les techniques de taille. Vous pourriez palisser les plantes sur un treillis le long d’un côté d’une barrière, d’une maison, ou d’une allée. Un des subterfuges les plus ingénieux que j’ai jamais vu venait d’une cultivatrice en Californie. Elle faisait pousser seulement trois femelles, qui étaient plantées environ à 30 cm du côté de la maison. Elle les entraîna au travers de la saison à pousser sur un treillis qui avait été utilisé pour des roses contre un côté de sa maison. Les plantes étaient si discrètes que même quand elle avait des invités, ils ne lui ont jamais demandé qu’elles étaient ces plantes.

Courber les branches de weed verticaleUn cultivateur de Toulouse faisait pousser seulement quelques femelles chaque été. Son seul soucis venait de son voisin tout proche. Le long d’une barrière d’1 m 50 séparant leurs terrains, il planta des femelles venant de l’intérieur après qu’il eu coupé leur sommet. Lorsque chaque branche poussait, il attachait la branche vers le bas à un piquet dans le sol. Quand les branches poussaient vers le haut, ils les attachait à nouveau vers le bas, proches du sol. Ses plantes ont développé de 6 à 8 branches longues et comme des serpents qui ne sont jamais allées plus haut que 30 ou 60 cm au-dessus du sol. Chaque plante mâture ressemblait à une pieuvre. Chaque branche poussait vers le haut, puis vers le bas, répétant le profil de haut et bas en courbes en forme de S tout au long de la longueur de chaque branche. En dépit de leur stature basse, chaque plante a produit de 110 à 250 grammes de têtes. Son voisin n’a jamais suspecté ou dit quoi que ce soit à propos de ces plantes « inhabituelles » après 4 étés de cultures.

Ce contenu a été publié dans Serres et terrains extérieurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.